Pourquoi j’ai abandonné les boitiers reflex pour un hybride

J’ai l’impression que nous sommes de plus en plus nombreux dans ce cas de figure. Ou je traine de plus en plus sur les sites qui parlent d’hybrides, c’est peut être ça aussi.

Quelles sont les raisons qui m’ont amené à switcher du gros boitier réflex à un hybride tout petit et mignon ? Tout est dans la question : ma principale raison est que j’en avais marre de devoir toujours transporter un gros sac photo, où je mets un (ou deux) gros reflex Nikon, des gros objectifs… Plus le temps passait et moins je prenais l’appareil car je savais que j’allais devoir me trimballer 10 kgs sur le dos toute la journée. Et y faire super attention, de peur qu’on me le vole, etc.

Le passage à l’hybride c’est la simplification au maximum. Je suis passé à un boitier Fujifilm XPro2 avec un objectif 23mm f/2.0. Ce qui équivaut à un 35mm. Combo idéal pour la street photography et du reportage. Depuis que j’ai changé, c’est bien simple, l’appareil est toujours avec moi. Ca signifie tout simplement que j’ai la possibilité de shooter n’importe quand. Après il faut avoir le temps. Autre sujet.

Pourquoi le Xpro2 et pourquoi Fuji ? Pour la qualité de leurs photos et le rendu de l’image. Aussi parce qu’il est tropicalisé (l’objectif également), qu’il ne fait pas de 4K (j’en ai pas besoin), qu’il n’a pas d’écran amovible (je ne fais du point and shoot), qu’il a une visée hybride (evf ou ovf). Et son look est plutôt sympathique, un petit côté old school qui ne me déplait pas.

Par contre, je pense qu’un client ne s’attend pas à voir arriver un photographe avec un hybride. Il veut voir son photographe avec tout son imposant matos. Ca serait marrant d’avoir un retour là-dessus.

En switchant, j’ai pu découvrir une belle et solide communauté de photographes. J’en parlerais peut être prochainement mais je m’éclate sur instagram à suivre des « x-photographers » qui font un travail remarquable ! Ca motive et donne envie de s’y remettre sérieusement.

D’ailleurs, j’y vais.

 

GR532 : bienvenue dans les Vosges du Nord

Première rando de l’année pour la nouvelle famille que nous sommes. On a attendu que le bébé soit en âge de pouvoir être transporté confortablement dans un porte bébé adapté. Nous avons également choisi un parcours très simple avec très peu de kilomètres.

Il s’agit avant tout de tester le matériel, de voir comment bébé se comporte dans son siège de luxe et s’il supporte de ne rien faire pendant quelques heures.  Ca me permet également de voir comment moi je m’en sors : avec un poids de 10-12 kgs sur le dos à crapahuter dans la nature avec du dénivelé.

Pour rajouter un peu de piment, on part début d’aprem, 30°c mais surtout une bonne chaleur étouffante. Et le risque qu’un orage éclate.  Je me fie à ma chance légendaire et ma devise préférée : on verra.

On se gare dans le petit village de Baerenthal (57), charmante bourgade que seuls les habitués du journal de Jean-Pierre Pernault doivent connaitre, situé en plein cœur du parc régional des Vosges du Nord. Dans le pays de Bitche (ouais ouais).

Et c’est parti, ça grimpe à sec, direction les ruines du château de Rammstein. On passe devant des grottes qui abritent des chauve -souris. Avec interdiction d’y entrer sous peine de les déranger. Puis ça redescend gentiment, ça serpente dans la nature, ça sent bon le sapin. Le chemin de randonnée est ensuite coupé par une route départementale (?). On traverse et le chemin qui suit jusqu’au étang de Hanau n’est pas des plus intéressants ni le plus beau (tu lis ma déception ?). On fait une pause à l’étang, pour nourrir le bébé et on repart en sens inverse pour retrouver la voiture.

Cette petite balade (7 ou 8 bornes), plus qu’une véritable randonnée a, comme prévu, permis de tester le porte bébé. On valide. Bébé s’est endormi dedans, ça lui permet aussi de m’agripper les cheveux (elle doit se croire sur un canasson), de me pincer, de gazouiller en regardant le paysage qui défile. A la cool la gamine ! Elle a par contre tendance à se déplacer sur un côté, à voir si on l’avait mal fixée ou si elle voulait juste m’embêter.

Etang de Hanau
Lézard sur les ruines du château de Rammstein

 

 

 

 

 

 

 

 

Côté matos, on a fait très simple pour une 1ère : on a été chez Decathlon pour prendre un modèle de la marque Deuter (censée être réputée). Nous avons choisi le modèle Kid Confort Plus 15. Il permet de transporter un bébé de 9 mois à 22 kgs. Déjà que j’en ai chié sur la fin alors qu’elle ne fait que 8kgs, je ne veux pas imaginer à 22 ! Elle marchera. Feignasse.

On renouvellera vite l’expérience,